Francosphères

La Francophonitude belge

Du Surréalisme à Cobra

Francosphères (2013), 2, (2), 149–161.

Abstract

In my article I study the cultural specificity of Frenchspeaking Belgium. My critical argument is based upon the original concept of ‘Francophonitude’. This concept refers to the notion of ‘Belgitude’, which was defined back in the 1970s in order to emphasise the cultural estrangement of French-speaking Belgians from the more powerful Dutch-speaking communities of both Belgium and France. I show therefore that this alienation takes place within the global sphere of the Francophone world. In this regard, the field of Francophone studies favours critical discourses that focus on France's former colonies, notably in the Maghreb and in black Africa. The concept of ‘Francophonitude’ thus enables me to move away from the issue of French colonialism and its aftermath in order to underline a typically European ‘Francophonie’. In this perspective, I analyse the essential role played by Cobra, a major post-Second World War avant-garde movement, in the definition of a Belgian cultural identity that distanced itself from France's cultural influence. Its foundation allowed for the assertion of Belgium's Northern European identity and its strong ties to other small countries such as the Netherlands and Denmark.

Dans mon article, j'étudie la spécificité culturelle de la Belgique francophone. Ma discussion critique repose sur le concept original de ‘Francophonitude’. Ce concept fait référence à la notion de ‘Belgitude’, qui fut définie dans les années soixante-dix pour insister sur l'aliénation culturelle des Belges de langue française à la fois par rapport à la communauté néerlandophone de Belgique, plus puissante, et à la France. Je montre que ce problème prend place à l'intérieur de la sphère globale du monde francophone. On peut dire à ce propos que les études francophones privilégient les discours critiques sur les anciennes colonies françaises, en particulier dans le Maghreb et en Afrique noire. Le concept de ‘Francophonitude’ me permet donc de m'écarter de la question du colonialisme français et de ses prolongements afin de mettre en valeur une francophonie typiquement européenne. Dans cette perspective, j'analyse le rôle essentiel joué par le mouvement d'avantgarde Cobra après la deuxième guerre mondiale dans la définition d'une l'identité belge qui se distingue de la France et de son influence culturelle. Sa création permit en effet l'affirmation de l'identité nord-européenne de la Belgique francophone et de ses liens profonds à d'autres petits pays comme les Pays-Bas et le Danemark.

La Francophonitude belge

Du Surréalisme à Cobra

Abstract

In my article I study the cultural specificity of Frenchspeaking Belgium. My critical argument is based upon the original concept of ‘Francophonitude’. This concept refers to the notion of ‘Belgitude’, which was defined back in the 1970s in order to emphasise the cultural estrangement of French-speaking Belgians from the more powerful Dutch-speaking communities of both Belgium and France. I show therefore that this alienation takes place within the global sphere of the Francophone world. In this regard, the field of Francophone studies favours critical discourses that focus on France's former colonies, notably in the Maghreb and in black Africa. The concept of ‘Francophonitude’ thus enables me to move away from the issue of French colonialism and its aftermath in order to underline a typically European ‘Francophonie’. In this perspective, I analyse the essential role played by Cobra, a major post-Second World War avant-garde movement, in the definition of a Belgian cultural identity that distanced itself from France's cultural influence. Its foundation allowed for the assertion of Belgium's Northern European identity and its strong ties to other small countries such as the Netherlands and Denmark.

Dans mon article, j'étudie la spécificité culturelle de la Belgique francophone. Ma discussion critique repose sur le concept original de ‘Francophonitude’. Ce concept fait référence à la notion de ‘Belgitude’, qui fut définie dans les années soixante-dix pour insister sur l'aliénation culturelle des Belges de langue française à la fois par rapport à la communauté néerlandophone de Belgique, plus puissante, et à la France. Je montre que ce problème prend place à l'intérieur de la sphère globale du monde francophone. On peut dire à ce propos que les études francophones privilégient les discours critiques sur les anciennes colonies françaises, en particulier dans le Maghreb et en Afrique noire. Le concept de ‘Francophonitude’ me permet donc de m'écarter de la question du colonialisme français et de ses prolongements afin de mettre en valeur une francophonie typiquement européenne. Dans cette perspective, j'analyse le rôle essentiel joué par le mouvement d'avantgarde Cobra après la deuxième guerre mondiale dans la définition d'une l'identité belge qui se distingue de la France et de son influence culturelle. Sa création permit en effet l'affirmation de l'identité nord-européenne de la Belgique francophone et de ses liens profonds à d'autres petits pays comme les Pays-Bas et le Danemark.


Details

Author details

Taminiaux, Pierre