Francosphères

‘A rose by any other name’

Amplifying Marie Chauvet’s Colère in Kettly Mars’s Saisons sauvages

Francosphères (2015), 4, (1), 53–70.

Abstract

In this article, I argue that Kettly Mars’s 2010 Saisons sauvages is in part a rewriting of the second novel in Marie Chauvet’s 1968 trilogy Amour, Colère et Folie. I use two of Gérard Genette’s theoretical concepts of rewriting to explore the relationship between the two works: accumulation – lengthening of the original text – and clarification – reduction of its opacity. I also observe a unique strategy in Mars’s work, obfuscation – reduction in its clarity. Mars’s obfuscation of the categories of ‘good’ and ‘bad’, by complicating the hero and villain in this rewriting, invites a questioning of the social structures which have created such divides and which continue to contribute to repetitive political instability in Haiti. Ultimately, Mars’s retelling of Chauvet’s Colère amplifies the original political critique, complicates notions of guilt and innocence, and serves as a reminder of the cyclical nature of Haitian history. However, given the ongoing influence of global imperial powers on Haitian politics and economics, in a sense, this rewriting encourages reflection not only on the political, economic, and social situation in Haiti itself, but also, and perhaps more importantly, on the global forces that have so largely contributed to this repetitive history.

Dans cet article j’affirme que dans le roman Saisons sauvages (2010) de Kettly Mars il s’agit d’une réécriture de la deuxième histoire de la trilogie de Marie Chauvet, Amour, Colère et Folie (1968). Pour explorer la relation entre ces deux textes, je me sers de deux outils théoriques de Gérard Genette: l’accumulation – le prolongement du texte original – et la clarification – la réduction de son opacité. J’observe aussi une stratégie unique dans l’oeuvre de Mars: l’obscurcissement – la réduction de sa clarté. L’obscurcissement de Mars du ‘bien’ et du ‘mal’, qui vient de sa complication des positions du ‘héros’ et du ‘méchant’ dans cette réécriture, encourage un questionnement des structures sociales qui ont créé de telles divisions et qui contribuent au cycle d’instabilité politique en Haïti. Finalement, cette adaptation, écrite par Mars, amplifie la critique politique originale, complique les conceptions de ‘culpabilité’ et d’‘innocence’ et rappelle la nature cyclique de l’histoire haïtienne. Toutefois, étant donné l’influence sur la politique et l’économie haïtienne des pouvoirs globaux et impérialistes, d’une certaine manière, cette réécriture encourage un réexamen non seulement de la réalité politique, économique et sociale en Haïti elle-même, mais aussi des pouvoirs globaux qui ont si profondément contribué à cette histoire répétitive.

‘A rose by any other name’

Amplifying Marie Chauvet’s Colère in Kettly Mars’s Saisons sauvages

Abstract

In this article, I argue that Kettly Mars’s 2010 Saisons sauvages is in part a rewriting of the second novel in Marie Chauvet’s 1968 trilogy Amour, Colère et Folie. I use two of Gérard Genette’s theoretical concepts of rewriting to explore the relationship between the two works: accumulation – lengthening of the original text – and clarification – reduction of its opacity. I also observe a unique strategy in Mars’s work, obfuscation – reduction in its clarity. Mars’s obfuscation of the categories of ‘good’ and ‘bad’, by complicating the hero and villain in this rewriting, invites a questioning of the social structures which have created such divides and which continue to contribute to repetitive political instability in Haiti. Ultimately, Mars’s retelling of Chauvet’s Colère amplifies the original political critique, complicates notions of guilt and innocence, and serves as a reminder of the cyclical nature of Haitian history. However, given the ongoing influence of global imperial powers on Haitian politics and economics, in a sense, this rewriting encourages reflection not only on the political, economic, and social situation in Haiti itself, but also, and perhaps more importantly, on the global forces that have so largely contributed to this repetitive history.

Dans cet article j’affirme que dans le roman Saisons sauvages (2010) de Kettly Mars il s’agit d’une réécriture de la deuxième histoire de la trilogie de Marie Chauvet, Amour, Colère et Folie (1968). Pour explorer la relation entre ces deux textes, je me sers de deux outils théoriques de Gérard Genette: l’accumulation – le prolongement du texte original – et la clarification – la réduction de son opacité. J’observe aussi une stratégie unique dans l’oeuvre de Mars: l’obscurcissement – la réduction de sa clarté. L’obscurcissement de Mars du ‘bien’ et du ‘mal’, qui vient de sa complication des positions du ‘héros’ et du ‘méchant’ dans cette réécriture, encourage un questionnement des structures sociales qui ont créé de telles divisions et qui contribuent au cycle d’instabilité politique en Haïti. Finalement, cette adaptation, écrite par Mars, amplifie la critique politique originale, complique les conceptions de ‘culpabilité’ et d’‘innocence’ et rappelle la nature cyclique de l’histoire haïtienne. Toutefois, étant donné l’influence sur la politique et l’économie haïtienne des pouvoirs globaux et impérialistes, d’une certaine manière, cette réécriture encourage un réexamen non seulement de la réalité politique, économique et sociale en Haïti elle-même, mais aussi des pouvoirs globaux qui ont si profondément contribué à cette histoire répétitive.


Details

Author details

Scott, Lindsey