Quebec Studies

L’écriture « scandaleuse » des femmes: La construction d’une parole féminine en Ontario français

Quebec Studies (2022), 73, (1), 53–74.

Abstract

Dans un article de 2016, Marie Carrière remarquait avec justesse que, dans les francophonies canadiennes, la poésie des femmes a toujours été relayée au second rang de la production littéraire, derrière l’écriture identitaire qu’ont majoritairement pratiquée les hommes. La poésie des femmes, parce que tournée vers l’intime, en marge des grandes affirmations nationalistes, aurait ainsi un certain caractère « scandaleux », en ce sens qu’elle n’entrerait pas dans la lutte collective. Or, suggère Carrière, il faut peut-être penser autrement la poésie intime pour l’inscrire dans une prise de parole éthique et politique parce que la portée de cette parole ne se limite pas à la seule expression d’un « moi », mais soulève de grands enjeux de société. C’est dans cette perspective que cet article propose d’aborder, dans un premier temps, l’aspect politique de l’écriture des femmes en Ontario français et de proposer, dans un deuxième temps, une analyse de la poésie du trauma de Sonia-Sophie Courdeau (Sonia Lamontagne). Si l’écriture du trauma sert d’abord à la guérison du soi, la lecture du processus d’écriture permet d’ouvrir le texte à une réflexion plus large qui touche à la fois les femmes et l’ensemble de la collectivité. À l’ère du mouvement #MeToo/#MoiAussi, il semble particulièrement important de revenir sur ces voix de femmes pour en dégager toute la portée sociale et d’en inscrire le message dans les lieux du discours politique.

In a 2016 article, Marie Carrière correctly noted that in francophone Canada, women’s poetry has always been relegated to the second rung of literary production, after the identity writing practiced by the majority group: men. Women’s poetry, because always turned toward the intimate, on the margins of the grand nationalist affirmations, would thus have a certain “scandalous” character, in the sense that it wouldn’t enter into the collective battle. So, Carrière suggests, perhaps we need to think differently about intimate poetry and view it as inscribed within an ethical and political prise de parole because this discourse is not limited to the sole expression of a “self,” but goes beyond, also addressing the larger questions of society. From this perspective, then, this article approaches the political aspects of women’s writing in francophone Ontario, and then analyzes the trauma poetry of Sonia-Sophie Courdeau (Sonia Lamontagne). If trauma writing first seeks to heal the self, an analysis of the process of writing allows an opening of the text to a larger reflection that touches both women and the entire ensemble of the collectivity. In the era of the #MeToo/#MoiAussi movement, it seems particularly important to return to these women’s voices to draw out their social significance and to inscribe this message within the sites of political discourse.

Access Token
£25.00
READ THIS ARTICLE
If you have private access to this content, please log in with your username and password here

Ouvrages cités

Bouraoui, Hédi. 1986. Compte rendu de Coïncidences secrètes. Liaison (printemps): 61. Google Scholar

Bouraoui, Hédi. 1995. Compte rendu de Tant de vie s’égare. Envol 1-2: 86. Google Scholar

Carrière, Marie. 2016. « Le scandale de l’intimité: la poésie au féminin au Canada français ». Dans Les littératures franco-canadiennes à l’épreuve du temps, dirigé par Lucie Hotte et François Paré, 215-230. Ottawa: Presses de l’Université d’Ottawa. Google Scholar

Chamberland, Paul. 2006. « Dire à la limite ». Dans Lyrisme et énonciation lyrique, dirigé par Nathalie Watteyne, 129-138. Québec/Bordeaux: Nota bene/Presses universitaires de Bordeaux. Google Scholar

Chiasson, Herménégilde, et Andrée Lacelle. 1998. « Portraits d’auteurs: Andrée Lacelle de l’Ontario et Herménégilde Chiasson de l’Acadie ». Francophonies d’Amérique 8: 161-187. Google Scholar

Chidiac, Nayla. 2013. « Écrire le silence: ateliers d’écriture thérapeutique ». Cliniques 1 (5): 106-123. Google Scholar

Clermont-Dion, Léa. 2019. « Entre vacarme et silence. Entretien avec Patrizia Romito ». Liberté 324: 7-12. Google Scholar

Courdeau, Sonia-Sophie. 2019. « La narrativité posttraumatique thérapeutique suivi de Ce qui reste sans contour ». Mémoire de maîtrise. Université d’Ottawa. Google Scholar

Courdeau, Sonia-Sophie. 2020a. Ce qui reste sans contour. Sudbury: Éditions Prise de parole. Google Scholar

Courdeau, Sonia-Sophie. 2020b. « Entretien à l’émission Le matin du Nord ». Radio-Canada.ca (19 février). https://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/le-matin-du-nord/segments/entrevue/155610/sonia-sophie-courdeau-recueil-poesie-reste-sans-contour. Google Scholar

Dalpé, Jean-Marc. 1980. Les murs de nos villages. Sudbury: Prise de parole. Google Scholar

Dickson, Robert. 1978. Une bonne trentaine. Sudbury: Prise de parole. Google Scholar

Dusaillant-Fernandes, Valérie. 2020. Écrire les blessures de l’enfance. Inscription du trauma dans la littérature contemporaine au féminin. New York: Peter Lang. Google Scholar

Hotte, Lucie. 2002. « La littérature franco-ontarienne à la recherche d’une nouvelle voie: enjeux du particularisme et de l’universalisme ». Dans La littérature franco-ontarienne: voies nouvelles, nouvelles voix, dirigé par Lucie Hotte, avec la collaboration de Louis Bélanger et de Stefan Psenak, 35-47. Ottawa: Le Nordir. Google Scholar

Hotte, Lucie. 2016. « Au-delà de l’exiguïté: les œuvres de France Daigle, d’Andrée Christensen et de Simone Chaput ». Dans Au-delà de l’exiguïté. Échos et convergences dans les littératures minoritaires, dirigé par Jimmy Thibeault, Daniel Long, Désiré Nyela et Jean Wilson, 31-52. Moncton: Perce-Neige. Google Scholar

Lacelle, Andrée. 1985. Coïncidence secrète. Ottawa: Le Vermillon. Google Scholar

Lamontagne, Sonia. 2011. À tire d’ailes. Sudbury: Prise de parole. Google Scholar

Lamontagne, Sonia. 2015. Comptine à rebours. Sudbury: Prise de parole. Google Scholar

Lepage, Élise. 2014-2015. « “Coïncidence secrète”: les premiers recueils d’André Lacelle, d’Hélène Dorion et de Dyane Léger ». Francophonies d’Amérique 38-39: 49-77. Google Scholar

Lepage, Élise. 2016. « L’accueil, la confiance dans l’œuvre d’Andrée Lacelle ». Dans La littérature franco-ontarienne depuis 1996. Nouveaux enjeux esthétiques, dirigé par Lucie Hotte et François Paré, 39-61. Sudbury: Prise de parole. Google Scholar

Lepage, Élise. 2018. « Le chronotope du jardin. Temporalité et lieu dans Racines de neige d’Andrée Christensen ». Dans L’espace-temps dans les littératures périphériques du Canada, dirigé par Ariane Brun del Re, Isabelle Kirouac Massicotte et Mathieu Simard, 39-61. Ottawa: David. Google Scholar

Papillon, Joëlle. 2016. « Femmes sauvages: la vision écopoétique d’Andrée Christensen ». Dans La littérature franco-ontarienne depuis 1996. Nouveaux enjeux esthétiques, dirigé par Lucie Hotte et François Ouellet, 63-82. Sudbury: Prise de parole. Google Scholar

Paré, François. 1994. Théories de la fragilité. Ottawa: Le Nordir. Google Scholar

Paré, François. 1996. « Pour rompre avec le discours fondateur: la littérature et la détresse ». Dans La littérature franco-ontarienne: enjeux esthétiques, dirigé par Lucie Hotte et François Ouellet, 11-26. Ottawa: Le Nordir. Google Scholar

Paré, François. 2010. « La poésie franco-ontarienne ». Dans Introduction à la littérature francoontarienne, dirigé par Lucie Hotte et Johanne Melançon, 113-152. Sudbury: Prise de parole. Google Scholar

Romito, Patrizia. 2018. Un silence de mortes. La violence masculine occultée. Traduit de l’italien par Ève-Marie Lampron. Saint-Joseph-du-Lac: M Éditeur. Google Scholar

Rondeau, Frédéric. 2016. Le manque en partage. La poésie de Michel Beaulieu et Gilbert Langevin. Montréal: Presses de l’Université de Montréal. Google Scholar

Tessier, Jules. 2001. « Andrée Lacelle et la critique ». Francophonies d’Amérique 11: 91-101. Google Scholar

If you have private access to this content, please log in with your username and password here

Details

Author details

Thibeault, Jimmy